brightness_4
brightness_4
Crédit photo: Lulubelle & Co

Lulubelle & Co : faire du sans gluten un produit du quotidien

13 mai 2022 | Par Sophie Poisson

« Le MAPAQ dit que les ventes du sans gluten dépassent maintenant celles du biologique, c’est une très bonne nouvelle pour nous », s’enthousiasme Marie Brossard. Fondée il y a cinq ans à Montréal, son entreprise Lulubelle & Co se spécialise dans les produits de pâtisserie et de boulangerie sans gluten, qui sont distribués par UNFI et Satau dans quelque 900 points de vente à travers le pays, dont Avril, Whole Foods, Metro, IGA et Provigo. Elle vient récemment de signer une entente avec Loblaw.

« La mode d’avant qui existe encore est de placer les produits sans gluten dans les allées dédiées aux aliments naturels ; la nouvelle mode est de nous remettre dans les allées dites conventionnelles, explique la fondatrice. C’est mieux parce que ce n’est pas la majorité de la clientèle qui fréquente les allées spéciales. » Si le sans gluten était auparavant considéré comme un produit destiné uniquement aux consommateurs cœliaques, il est aujourd’hui perçu comme appartenant à « un style de vie » et rejoindrait les consommateurs qui optent pour une alimentation cétogène ou encore flexitarienne. La qualité des produits sur le marché s’est aussi améliorée au fil des ans, un effort auquel participe Lulubelle & Co.

Des valeurs derrière le choix des ingrédients

L’entreprise souhaite se démarquer des autres mélanges sans gluten en utilisant de l’amidon de tapioca et de pomme de terre, et de la farine de millet, de sorgho et d’avoine, qui apporteraient du moelleux et du goût pour se rapprocher des produits dits traditionnels. Elle développe aussi une gamme de décors à pâtisserie sans huile de palme, ni arômes ou colorants artificiels. « La personne qui lit les ingrédients, ce qui est de plus en plus fréquent, et qui ne veut pas manger d’ingrédients nocifs pour sa santé ne va pas acheter des colorants alimentaires chimiques ; tout comme celle qui ne veut pas contribuer à la déforestation va refuser l’huile de palme. Si par contre elle ne fait que regarder le prix, c’est autre chose... », reconnaît Marie Brossard.

Elle fait donc valoir ses valeurs d’entreprise. Elle est notamment certifiée B Corp - une certification octroyée aux entreprises à but lucratif qui répondent aux plus hauts standards d’impact social et environnemental, de gouvernance éthique et de transparence envers le public –, tout comme le bâtiment dans lequel est installée son entreprise, dans le Sud-Ouest de Montréal.

L’entrepreneure se présente aussi comme faisant partie du Réseau des Femmes d’affaires du Québec, un catalyseur qui veut inspirer les femmes, les connecter et les propulser pour réaliser leurs défis professionnels, et de WEConnect International, un réseau mondial qui relie les entreprises détenues par des femmes à des acheteurs qualifiés. « Les femmes entrepreneures sont une minorité en affaires et c’est connu que les entrepreneurs éprouvent beaucoup de solitude, donc ça permet de se regrouper entre gens d’affaires pour partager nos expériences et connaissances », explique-t-elle.

Faire valoir les produits locaux

Marie Brossard mise aussi sur le savoir-faire canadien, notamment à travers ses emballages faits et imprimés au pays. Colorés, ils attirent les regards, contrastent avec les habituels beiges et veulent refléter un sentiment de bonheur. « C’est fantastique le message du gouvernement Legault qui recommande d’acheter local, mais ce que les détaillants doivent comprendre, c’est qu’ils doivent d’abord faire la démarche pour que le public y ait accès, souligne-t-elle. Quand je me promène dans les allées et que je vois plein de marques américaines, qui dominent le marché, je veux rappeler qu’au Québec on est capable de faire de bonnes choses. Souvent, je dois me battre pour qu’on me fasse une place ! »

Elle a l’intention de développer une plateforme à destination des petits détaillants qui n’achètent pas en assez grandes quantités pour passer par un distributeur. Elle souhaite aussi se tourner vers l’exportation, d’abord aux États-Unis, puis dans d’autres pays et continents.

De nouveaux produits sont aussi en préparation, notamment du côté des produits saisonniers naturels. Leur succès l’an dernier, comme celui du cupcake épices d’automne, amène l’entrepreneure à les remettre en rayon cette année : « L’intérêt est de miser sur la nouveauté et la fidélisation des clients. Il faut aussi être présent dans des moments stratégiques où les gens ont plus de besoins qu’à l’habitude, par exemple à Halloween ou encore à Noël. On répond donc à une demande ponctuelle et certains de ces produits pourraient devenir permanents... »

Pour suivre Lulubelle & Co :
sur le web : lulubelleandco.com
sur Facebook : Lulubelle & Co
sur Instagram : @lulubelle_co
sur TikTok : lulubelle_co

Mots-clés: tendances alimentaires