brightness_4
brightness_4
||| Tendances

L’intelligence artificielle au service de l’épicerie

18 janvier 2021 | Par Laurence-Michèle Dufour

Les installations libre-service, qui pouvaient en refroidir plus d’un lors de leur arrivée sur le marché, sont d’un grand secours en ces temps de pandémie. Limiter les interactions humaines pour ralentir la propagation du virus demeure au centre de nos préoccupations et la montée en popularité du sans contact ne semble pas sur le point de s’essouffler.

Le géant du commerce en ligne, Amazon, dévoilait d’ailleurs cet été son tout nouveau Dash Cart : un panier d’épicerie capable d’identifier lui-même les articles qu’on y dépose. Les items identifiés sont ainsi portés directement au compte Amazon du client à sa sortie du supermarché sans que ce dernier n’ait à passer à la caisse.

Ce panier d’épicerie, doté d’un écran tactile et de capteurs de poids, s’appuie également sur des caméras de vision installées au plafond des commerces. L’acheteur, lui, doit posséder un téléphone intelligent et y avoir installé l’application Amazon.

Un premier commerce sans caisse à Montréal

Amazon a déjà ouvert plus de 20 supérettes Amazon Go utilisant ce système « just walk out » à New York, Chicago et San Francisco. Et voilà que Montréal entre dans la course avec l’ouverture du tout premier commerce fonctionnant sans caisse au Canada. Une section du dépanneur Couche-Tard, à l’angle des rues McTavish et Sherbrooke Ouest, est dédiée à cette nouvelle technologie.

Cette succursale-laboratoire de Couche-Tard et de Couche-Tard Connecté – c’est le nom de la nouvelle sous-chaîne sans caisses – est un projet conjoint d’Alimentation Couche-Tard et de chercheurs de l’Université McGill en commerce et en génie, apprenait-on ce samedi dans La Presse.

Dans cette version, pas de code de produit à scanner. Il suffit de s’identifier de façon numérique lorsqu’on entre dans le dépanneur par l’application préalablement téléchargée sur son téléphone intelligent. Les caméras, munies de systèmes d’intelligence artificielle, identifieront les produits à comptabiliser sur la facture finale.

Ce genre de système pourra à la fois servir à étudier les comportements des consommateurs et à proposer une offre plus ciblée. Restera toutefois à trouver le bon équilibre pour ne pas effrayer le consommateur en numérisant, sans déshumaniser son expérience client.

(Avec média / Crédit photo : Pixabay)

Mots-clés: Montréal (06)
International