brightness_4
brightness_4
Crédit photo: Distilleries de Shefford et Vent du Nord
||| Produits  | Boissons

Un balado à l’écoute des distilleries québécoises

28 mai 2021 | Par Thibault Carron

Dans le cadre de son Festival littéraire international, la Fondation Metropolis bleu propose depuis le 20 mai et jusqu’à la fin de l’été de parcourir six circuits littéraires. Des textes inédits d’auteurs locaux racontés par des comédiens, qui font découvrir sous forme de balado différents lieux de Montréal à Contrecoeur. L’un de ces parcours, Les Routes littéraires des alcools du terroir, nous emmène à la découverte des distilleries du Québec.

« Je pense que derrière toute distillerie, tout produit, il y a une histoire », souligne Sébastien Clermont, président de Tanium, agence spécialisée dans les vins et spiritueux, et l’un des partenaires du projet. Les Routes littéraires des alcools du terroir serpentent ainsi de l’Estrie à la Côte-Nord, en passant par le Saguenay, le Centre-du-Québec ou encore Montréal.

Dans chaque région, un auteur raconte dans ses mots les histoires que lui inspirent le whisky, le gin, la vodka ou encore l’eau de vie d’érable fabriqués par les artisans distillateurs du Québec. Les comédiens Louise Portal et Sylvain Massé donnent ensuite vie aux textes, accompagnés par quelques notes de musique. On se promène ainsi à la Distillerie Shefford, à la Distillerie du Vent du Nord à Baie-Comeau, à Prose Vodka à Montréal, à la Distillerie du quai de Bécancour et à la Distillerie du fjord à Saint-David-de-Falardeau.

La littérature à la rencontre des spiritueux


Distillerie Shefford

À l’origine de ce projet, la volonté commune de Sébastien Clermont et de William St-Hilaire, la présidente de la Fondation, de réunir deux formes d’artisanat québécois. Tandis que Tanium s’est assurée de l’intérêt des distilleries, Metropolis bleu s’est occupée de tout le volet littéraire, créatif et logistique. La Fondation a également pris en charge l’aspect financier du projet, permettant ainsi aux auteurs, aux distillateurs et aux comédiens de se concentrer sur la rencontre et le partage.

Alors que les distilleries québécoises rivalisent de créativité pour produire des spiritueux aux ingrédients et aux procédés originaux, ce projet cherche ainsi à faire rayonner les artistes autant que les artisans. « Quand on écoute Louise Portal, on se fait transporter par elle, ça n’est pas la même chose que de lire un texte, c’est plein d’émotions différentes. Le balado est un nouveau véhicule qui peut être vraiment intéressant pour découvrir notre coin de pays, nos régions et nos produits », affirme à son tour Gabriel Perazelli, vice-président marketing de Tanium.

D’abord imaginé autour d’événements animés par les auteurs dans les distilleries, le projet a été contraint par la pandémie à mettre ce volet de côté pour se concentrer sur les textes et les voix. « Mais on a d’autres idées pour l’avenir. On aimerait notamment que des auteurs écrivent des textes en direct des restaurants tout en dégustant des produits du terroir... », ajoute Sébastien Clermont.

La technologie au service du terroir


Distillerie Vent du Nord

« Les gens découvrent de plus en plus l’achat local, les produits du Québec. Par contre, il y a énormément de distilleries et de produits québécois. Pour moi, c’est une nouvelle façon ludique de faire découvrir les produits et de se démarquer », conclut Sébastien Clermont.

D’autres projets utilisant la technologie ont récemment vu le jour au Québec, comme l’application mobile de la Route des bières du Saguenay-Lac-Saint-Jean, lancée le 20 mai dernier et qui réunit 14 microbrasseries de la région. Les anciennes cartes papiers s’effacent ainsi au profit de la modernité et du terroir.

Pour écouter les épisodes du balado : metropolisbleu.org/terroir

Mots-clés: Québec