brightness_4
brightness_4
Crédit photo: Distillerie La Manufacture
||| Tendances

La distillerie La Manufacture lance deux spiritueux en flasque

6 juillet 2021 | Par Thibault Carron

Installée à Sainte-Agathe-des-Monts, au cœur des Laurentides, La Manufacture sort deux nouveaux spiritueux dans une flasque métallique aux allures de Belle Époque : la vodka Narval et le gin Panacée. La jeune distillerie née en 2019 est dirigée par quatre associés.

Les alambics digèrent nuit et jour le maïs et le blé, deux céréales provenant de la région. « 95 % des distilleries québécoises ne fabriquent pas elles-mêmes leur alcool mais vont plutôt l’acheter dans une grosse raffinerie d’éthanol en Ontario. Nous, on n’utilise aucune matière transformée : on part du grain local pour faire notre propre alcool », affirme Laurent Roche-Ballard, distillateur à La Manufacture.

Des produits (presque) 100 % locaux

De ce retour aux sources naît d’abord la vodka Narval, incarnée par la « licorne des mers ». Cet animal mythique évoque la nordicité, l’image de pureté de l’océan Arctique. De cette vodka distillée avec des aromates de la flore québécoise naît à son tour le gin Panacée, en référence à la déesse grecque qui soigne les hommes par les plantes, mais aussi aux vendeurs de miracles du début du 20 e siècle qui rappellent les origines du gin tonic au siècle précédent.

Même si de nombreux aromates comme la coriandre ou les épices boréales telles que le poivre des dunes ou la comptonie voyageuse sont cueillis localement, la baie de genévrier, élément central du gin, est pour l’instant importée des Balkans ou d’Italie. « Un gin 100 % québécois, c’est très rare, et ce sont pour le moment des lots de moins de 1 000 bouteilles », souligne le distillateur. Le genévrier sauvage étant trop cher à exploiter et la plante ayant besoin de sept ans pour produire des baies à maturité, aucune culture n’existe pour l’instant en Amérique du Nord - à part un projet pilote à La Pocatière.

Le contrôle de l’alcool et de la fermentation permet également à la distillerie de produire des eaux-de-vie de fruits. « Notre concept, c’est aussi d’aller vers ce que notre terroir est capable de nous fournir en fonction des saisons », précise Laurent Roche-Ballard. Les associés travaillent actuellement sur un produit à mi-chemin entre un rhum d’érable et un calvados avec des pommes et du sirop d’érable provenant des Laurentides. « Si on a seulement de quoi faire 200 bouteilles, on n’en fera pas plus, on ne les vendra simplement pas à la SAQ », renchérit le distillateur.

Une flasque intemporelle

« Essayer de vendre un goût à quelqu’un, c’est tellement difficile ! Encore plus pour la vodka qui est supposée être sans goût et sans odeur caractéristiques. Tout passe par le contenant, qui doit accrocher l’œil », affirme Laurent Roche-Ballard. La distillerie doit en partie son idée de flasque en acier inoxydable à certains membres de la famille d’un ancien associé qui faisaient de la contrebande d’alcool dans des cannes de diluant à peinture dans le Bas-Saint-Laurent pendant la Prohibition.

« C’est très durable et léger, et donc moins coûteux à transporter et plus écologique. C’est aussi plus facilement recyclable, comme au Québec il n’y a pas vraiment de système de consigne pour les spiritueux », rappelle le distillateur. Tous amateurs de plein air, les associés s’entendent donc sur ce format également plus facile à transporter en nature. Mais le goût dans tout ça ? « Théoriquement il y aurait une meilleure conservation dans ce type de contenant plutôt que dans une bouteille en verre », conclut Laurent Roche-Ballard.

La vodka Narval et le gin Panacée se trouvent aujourd’hui à La Manufacture et à la SAQ, mais les distillateurs espèrent développer des partenariats dans le monde de la restauration, des bars et de l’hôtellerie afin de pouvoir former davantage d’équipes aux caractéristiques québécoises de leurs produits.

Pour suivre la distillerie La Manufacture :

Mots-clés: Laurentides (15)
Nouveau produit
produits du terroir