brightness_4
brightness_4

La certification « fromage fermier » arrivera bientôt au Québec

10 mai 2021 | Par Sophie Ginoux

Après sept ans de lobbying réalisé par un collectif de producteurs fromagers, le terme valorisant « fromage fermier » va bénéficier d’un règlement conduisant à la certification de cette appellation. « C’est l’aboutissement officiel et une reconnaissance vraiment bienvenue », a indiqué Jean Morin, copropriétaire de la Fromagerie du Presbytère, lors d’une entrevue avec Le Devoir.

« On a développé un créneau depuis 20 ans, a pour sa part ajouté Rose-Alice Boivin-Côté, copropriétaire de la Fromagerie Médard, sur les ondes de Radio Canada. C’est le temps qu’on se fasse reconnaître et que les gens soient capables de retrouver sur les tablettes ce que les fermiers ont développé au niveau de la fromagerie artisanale. »

Effectivement, à l’heure où les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la qualité et la traçabilité des produits qu’ils achètent, mettre en valeur le fait que des fromages sont fabriqués à la ferme avec le lait produit par les animaux qui y vivent est un plus non négligeable.

Cette manière de travailler distingue aussi les petits producteurs de ceux, plus industriels, qui utilisent des substances laitières modifiées ou des poudres de lait venues de l’étranger pour préparer leurs produits. Et cette distinction est encore plus flagrante lorsqu’on tient compte du fait que la plupart des fromagers fermiers constituent une famille, et non une entreprise anonyme.

Prochaines étapes

30 à 40 fromagers du Québec pourraient revendiquer cette future certification et être autorisés à appliquer le terme « fromage fermier » sur les étiquettes de leurs produits. Il faudra toutefois préalablement définir les caractéristiques précises de cette nouvelle appellation, désigner un vérificateur et créer une association indépendante de celle des fromagers artisans du Québec.

Parallèlement, les fromagers fermiers espèrent aussi que cette première reconnaissance sera suivie de celle d’une classe de lait distincte pour ce type de production. « En ce moment, on rachète notre propre lait plus cher qu’on ne le produit pour le transformer, en raison des règles strictes de la production laitière au Québec », indique Mme Boivin-Côté.

Il reste donc quelques étapes à franchir avant de voir arriver dans les commerces des fromages clairement identifiés comme fermiers. Toutefois, comme l’accord gouvernemental est à présent donné, ce processus devrait être assez rapidement bouclé. Il ne restera alors plus aux détaillants qu’à prendre le relai pour vulgariser et promouvoir le concept de fromage fermier du Québec auprès des consommateurs.

(Avec médias)

Mots-clés: Canada
fromager
Québec
fromage
métier de bouche