brightness_4
brightness_4
Crédit photo: Aliments Levitts

Jean-François Desjardins, de la banque à Aliments Levitts

12 juillet 2021 | Par Sophie Poisson

Son parcours de banquier d’affaires spécialisé en fusion-acquisition a amené Jean-François Desjardins à gérer différentes transactions avec ceux qui sont aujourd’hui les anciens propriétaires d’Aliments Levitts. Issu du milieu de la finance et de la technologie, l’entrepreneur a fait l’acquisition de la compagnie montréalaise spécialisée dans la transformation de viandes et en est devenu son président en décembre 2016.

« J’avais un intérêt particulier pour cette entreprise manufacturière qui œuvre dans un domaine relativement niché, la transformation de la viande, et est spécialisée dans le smoked meat, soutient Jean-François Desjardins. Aliments Levitts était aussi une belle organisation avec un potentiel de croissance. » Il fait valoir ses aptitudes acquises dans les différents postes qu’il a occupés, dont le développement des affaires, la gestion d’équipe et de croissance, pour mener à bien la direction de l’entreprise. Une formation de l’équipe sur le terrain lui a aussi permis de comprendre les enjeux propres à Aliments Levitts.

« Une mentalité de petite entreprise »

« Quand j’en ai fait l’acquisition, l’entreprise manquait un petit peu d’amour, les anciens propriétaires étaient très peu présents. Elle avait ses clients habituels et il n’y avait pas beaucoup de développement d’affaires ou d’innovation... Les années précédentes avaient aussi été difficiles du point de vue des prix des matières premières, donc la société n’avait pas une santé financière très forte », rapporte l’acheteur. Il indique cependant avoir gardé les points positifs de l’entreprise familiale, fondée en 1939 par Nathan Levitt et rachetée en 2004 par le Groupe Lauzon. Il évoque les excellents produits et procédés ainsi que le respect de la tradition dans la fabrication. Jean-François Desjardins a toutefois repensé le développement de la marque, la gestion financière ou encore la productivité.

La première année a été consacrée à une revue financière : performance de l’entreprise, réduction des coûts, négociations avec les fournisseurs. Dans un deuxième temps, le président s’est consacré à l’optimisation de la production avec des changements d’équipements et de processus internes, voire de personnel. « Que ce soit pour nos besoins ou ceux d’un client, aujourd’hui, ça peut nous prendre seulement deux semaines pour développer et présenter un produit, puis approuver à l’interne en vue d’un lancement, souligne Jean-François Desjardins. On est certainement parmi les plus gros dans notre secteur, mais on a une mentalité de petite entreprise. C’est vraiment ça notre force : notre capacité à s’adapter et à faire de la customisation pour nos clients. »

Des activités dans le secteur du détail

Parallèlement, il a travaillé sur le visuel de la marque avec une refonte du site web et des emballages de produits ainsi qu’avec le lancement de campagnes publicitaires. Il a aussi remis Aliments Levitts sur les tablettes des grandes surfaces. « Ça apporte une fierté auprès des employés de voir le produit qu’ils font de manière journalière sur les étagères. Surtout que ce n’est pas facile de s’y trouver, donc quand tu réussis, c’est que tu offres un produit de bonne qualité, à un prix compétitif et qui est recherché par les clients », insiste le président, qui précise que l’entreprise continue d’être un manufacturier pour plusieurs marques privées.

Aliments Levitts a développé ses activités dans le secteur du détail avec l’embauche de nouvelles ressources aux ventes, un repositionnement de produit et des ententes avec des distributeurs alimentaires. « On introduit beaucoup de produits prétranchés et des formats pré faits pour les restaurateurs afin de minimiser leurs besoins de personnel en cuisine. Ils savent ainsi exactement quels seront leurs coûts par portion. C’est moins de temps de préparation, moins de perte d’aliments, moins de coûts de main-d’œuvre. »

Des sous-produits se sont aussi ajoutés aux produits existants. Le Montréal smoked meat, par exemple, se retrouve en format pointe de poitrine, en morceaux pour un poids total de 500g, en 2x100g, en 4x125g ou encore en format Sloppy Joe.

Les objectifs que Jean-François Desjardins s’était donnés il y a cinq ans ont été atteints, mis à part ceux des ventes en ligne. Ces dernières sont toutefois plus élevées grâce à la boucherie en ligne Maillard qui livre à domicile des produits sous vide Aliments Levitts. La société a aussi racheté la marque Charcuterie Parisienne en 2018, via laquelle elle produit du saucisson sec. Elle diversifie donc ses sources de revenus tout en continuant d’assurer sa croissance, et en agrandissant tant l’équipe - qui compte aujourd’hui 115 employés - que la bâtisse.

Pour suivre Aliments Levitts :
 sur le web : levitts.ca
 sur Facebook : Les Aliments Levitts
 sur Instagram : @les.aliments.levitts
 sur LinkedIn : Les Aliments Levitts

Mots-clés: Québec
Portraits
gestion